Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2012

Témoignage : la manifestation interdite de Lyon samedi dernier...

522530_225831724200574_1215492961_n.jpgPar François Ferrier

Le samedi 23 juin 2012, répondant à l’appel des Jeunesses nationalistes, je rejoignais Lyon pour participer à la grande manifestation organisée par son Président Alexandre Gabriac — conseiller Régional de Rhône- Alpes. Le thème de ce grand rassemblement était : Debout Jeunesse, c’est la révolte des souchiens (Français de souche).

Alexandre avait déjà organisé une grande manifestation le 14 janvier 2012 à Lyon pour rendre hommage aux 78 soldats français tombés en Afghanistan. Manifestation de grande ampleur qui s’était déroulée dans un ordre parfait. Seuls les policiers qui nous accompagnaient avaient dû mettre un terme efficace aux débordements des gauchistes et des dégradations occasionnées par ces derniers sur la voie publique (mobilier urbain, véhicules en stationnement etc.)

Ce nouveau rassemblement qui devait réunir plus de 800 personnes s’annonçait bien. C’était sans compter avec le préfet aux ordres du nouvel État PS.

Bien que déposé début juin, la demande à manifester des Jeunesses nationalistes avait fait l’objet de tractations classiques : parcours emprunté un samedi après-midi et dispositions de service d’ordre. Pourtant, deux jours avant la manifestation, le Préfet interdit cette dernière craignant un trouble à l’ordre public. Toujours du fait des gauchistes qui, régulièrement, lors de nos manifestations « troublent réellement l’ordre public », aiguillonnés par les lobbies du système UMPS.

Un recours en annulation a été déposé immédiatement par les Jeunesses nationalistes, accepté, il a dû être défendu le matin de la manifestation à 10h00 auprès du tribunal administratif de Lyon situé rue Duguesclin !

Le représentant du préfet demanda de nouveau cette interdiction au motif que plusieurs manifestations d’autres natures — depuis la demande des Jeunesses nationalistes — avaient été déposées et autorisées. Mais aussi que les « forces de police — 700 policiers prévus » ne pourraient faire face en cas de débordement (sic).

Mais fait inédit, et de dernière minute, de nombreux allogènes habitant sur le parcours que devait emprunter notre manifestation, notamment dans le quartier de la Guillotière en plein centre de Lyon « étaient hostiles au passage de la manifestation des jeunesses nationalistes » (resic). Autrement dit les Français ne sont plus chez eux et gênent la diversité qui se considère déjà comme chez elle.

L’interdiction de manifester nous est notifiée à 12h00 par le tribunal administratif. Le traquenard de l’État PS est démontré. Deux autres manifestations sont, elles, autorisées ce jour-là à Lyon : celle d’Amnesty International place des Célestins, pour « sensibiliser l’opinion au commerce des armes » (on se moque du monde, alors que les banlieues des villes Françaises sont surarmées). Cette manifestation ne réunira que 50 personnes.

Mais également la manifestation place Bellecour pour demander « l’arrêt des violences en Syrie ». Bien sûr pour prendre la défense des « insurgés syriens » soutenus par les Américanos-sionistes. Cette manifestation ne réunira que 200 personnes !

Autrement dit, les étrangers en France ont le droit de manifester, mais cela est interdit aux patriotes qui entendent demander à rester maîtres chez eux, face à l’invasion migratoire.

Le gouvernement PS qui vient d’être mis en place en trompant les électeurs, n’est que le bras institutionnel de l’Anti – France.

Yvan Benedetti, président de l’Œuvre Française, devant tant d’injustices, demande alors et de façon urgente, à tous les nationalistes présents sur Lyon, mais aussi aux Lyonnais de souche de le rejoindre à la gare de Lyon Part Dieu afin de dénoncer cette imposture ripoublicaine.

Plusieurs centaines de nationalistes le rejoignent pour affirmer que les Français sont chez eux et entendent le rester. Surtout au nom de tous ceux qui ont bâti cette terre de France dans les larmes, le sang et la sueur.

J’assiste alors à une situation inédite. Le contrôle de police des Français Blancs (nouveau contrôle au faciès par l’État socialiste) alors que la diversité, devant nos amis rassemblés, profère des injures racistes. Une femme voilée, avec poussette d’enfants bien garnie, n’est même pas interpellée.

Un homme de passage, d’origine hongroise, m’interpelle : «  Regardez Monsieur, les bons Français qui manifestent sont cernés par les policiers, et regardez les voyous qui ne sont pas inquiétés. Où va votre pays ?! »

Je lui réponds : Notre nouveau gouvernement protége les nouveaux colonisateurs allogènes qui votent pour lui, ce même gouvernement entend faire taire les Français qui osent revendiquer le fait de vouloir rester maîtres chez eux.

Devant cette situation ubuesque, en pleine gare de Lyon Part-Dieu, des Français de souche, nos camarades nationalistes chantent à tue-tête : « Bleu, Blanc, Rouge, la France aux Français ».

Yvan Benedetti et 80 de nos camarades se retrouvent alors bloqués dans la nasse policière. Tentant un dégagement ils sont durement matraqués et gazés par « les forces de l’ordre injuste ». Refusant le « sitting des vaincus que l’on tente de leur imposer » sous la conduite d’Yvan ils confirmèrent leurs propos par le slogan fort justifié : « On est chez nous, On est chez nous ». C’est tellement vrai que les policiers blancs de nos provinces qui les retiennent en sont gênés.

Puis par petits groupes, sous les huées de la racaille mêlant gestes et propos obscènes, ils sont embarqués par la police du régime pour être conduits au poste de police, début d’une garde à vue.

La grande majorité sera relâchée dans la soirée, Yvan et deux camarades ne seront libres que dimanche dans l’après-midi.

Voilà la France d’aujourd’hui, la « démocratie de la honte », pour ceux qui osent vouloir rester Français.

Voilà la nouvelle « France des étrangers » de Hollande, le changement c’est maintenant !

Alors que les persécutions de l’État socialiste commencent, les nationalistes représentent la seule opposition à ce régime aux ordres d’une élite financière internationale et des lobbies sionistes et maçonniques.

Oui, la révolte des souchiens ne fait que commencer.

Jeanne, réveille-toi, et conduis-nous à la victoire pour anéantir ces infâmes qui entendent faire disparaître le peuple de France.

Honneur à tous les nationalistes qui sont les seuls à se battre pour l’intégrité des Français de souche ! Honte aux collabos du mondialisme apatride !

Les commentaires sont fermés.