Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2012

Chronique de la France asservie et résistante...

P1020934.JPGRobert Spieler

RIVAROL N° 3068 du 09/11/2012

 

ABDELAZZIZ Al-cheik est le fort sympathique grand mufti d’Arabie Séoudite, pays que notre ami Yves Darchicourt appelle le « royaume chamelier ». Enfin, sympathique, c’est une façon de parler… Dans un prêche vomi il y a deux semaines sur le mont Arafat près de La Mecque à l’occasion du pèlerinage, il a vigoureusement appelé à la destruction de ce qui restait d’édifices religieux chrétiens dans toute la péninsule arabique.

 

APPEL À LA DESTRUCTION DES DERNIERS ÉDIFICES CHRÉTIENS EN ARABIE

 

Abdelaziz a rappelé ce que nous savions déjà : « La charia doit être la source unique de toute législation et elle s’applique à tous les aspects de la vie, en tout lieu et en tout temps. » Ces paroles, prononcées devant 2,5 millions de pèlerins n’ont évidemment pas été répercutées par les media français, d’autant que le prédicateur avait insisté sur la nécessité pour la « nation islamique » de s’ancrer dans son identité. Et en Egypte, quelles sont les dernières nouvelles ? « Nous imposerons la charia, que les chrétiens le veuillent ou non ». Ce sont les propos tenus sur la chaîne de télévision égyptienne Al-Rahma par le cheikh Alaa Said, qui au passage s’est allègrement moqué du Christ et a prévenu que l’islam allait s’imposer en Egypte envers et contre tous, ciblant notamment les journalistes laïcs égyptiens. « Il est temps que les Français apprennent l’arabe ». C’est le puissant conseil asséné aux Français par Montcef Marzouki, le président de la Tunisie islamiste, en marge du Sommet de la francophonie qui se tenait à Kinshasa (Congo). Interrogé par un journaliste de TV5Monde qui évoquait une Tunisie métamorphosée par l’arrivée des islamistes au pouvoir, et privilégiant l’emploi de la langue arabe à celle du français, il a dit : « Moi aussi je préfère la langue arabe », invitant les Français à l’apprendre…

 

DISPARITION D’UN RÉSISTANT

 

Luc Bellanger était un très cher ami. Il avait été un des piliers de l’organisation de la soupe au cochon de Strasbourg qui fit beaucoup de bruit et suscita des articles dans la presse internationale, russe, iranienne, japonaise, etc… Cet ancien officier du Corps franco-allemand, qui fit plusieurs séjours en Bosnie fut, à mes côtés, avec son épouse Judith, un des combattants déterminés de la résistance nationale et européenne en Alsace. Il était d’un formidable courage. Il y a quelques années, alors qu’il faisait ses courses dans un hypermarché, il assiste à un hold-up commis par deux “Jeunes” dans le bureau de poste de la galerie marchande. Il s’élance à leur poursuite, en rattrape un sur le parking et l’immobilise. Les vigiles interviennent et ramènent le “Jeune” dans le Centre. Une foule hostile, dont on devine l’origine ethnique, les entoure. Les vigiles le relâchent et il s’enfuit à nouveau. Luc Bellanger se lance à nouveau à sa poursuite, le maîtrise sur le parking et lui fait passer toute espérance de se relever de sitôt. Sur ces entrefaites, la police arrive enfin. Luc Bellanger sera décoré par le Préfet de la médaille du courage national. Il vient de nous quitter à l’âge de 59 ans. Il marche désormais en esprit dans nos rangs.

 

LE PEUPLE SE RÉVOLTE DANS LE NORD

 

C’est à Hellemmes, dans la banlieue de Lille, que la population a fini par se révolter contre l’implantation prochaine d’un « village d’insertion » pour des familles Rroms. Ce projet est bien entendu soutenu par le maire collabo, Frédéric Marchand. Deux cents manifestants ont marché sur la mairie, où ils ont fini par trouver le maire, planqué dans une salle communale. Ce dernier eut droit à un nombre assez considérable de noms d’oiseaux et fut invité à accueillir les Rroms dans son jardin et à aider les « vrais Hellemmois. » Le peu courageux petit bonhomme a hoqueté face aux caméras de France 3 : « J’ai failli me faire lapider ». Il a certes été lapidé de mots. Aucune pierre n’a encore volé. Pour l’instant, camarade Marchand, pour l’instant…

 

Spieler.jpg

REJET DE LA COLONISATION MUSULMANE

 

Un sondage IFOP réalisé pour Le Figaro montre une augmentation considérable du rejet de la colonisation musulmane dans l’opinion. 43 % des sondés considèrent que l’islam est une « menace ». 60 % pensent que cette religion a désormais « trop d’importance ». Il n’y a plus que 18 % des sondés qui se déclarent favorables à la construction de mosquées, alors qu’ils étaient 33 % en 1989. Pour le voile dans la rue, 63 % d’opposants (contre 31 % en 1989). Quant au voile à l’école, 89 % des sondés se déclarent clairement contre… Un début de prise de conscience ?

 

M6 PROMEUT LE “MARIAGE” HOMOSEXUEL

 

Une nouvelle série débute sur M6. Son titre : Modern Family. Elle fait la promotion d’un couple très sympathique ayant adopté une petite Vietnamienne. Un couple gay, of course. La présentation des personnages sur le site de M6 est des plus émouvantes : « Mitchell et Cameron sont ensemble depuis cinq ans. Ils viennent juste de sauter le pas en adoptant une petite fille de nationalité vietnamienne, Lily. Cameron a une sacrée personnalité et s’emballe très vite alors que Mitchell, lui, est le plus sérieux des deux. Chacun apporte quelque chose à l’autre et ils sont déjà des pères très doués… » C’est pas beau, çà ?

 

LE GRAND RABBIN HOMOPHOBE ?

 

C’est l’effrayante question que se pose le site du Monde. Question d’autant plus traumatisante que le grand rabbin de France avait été, avec son homologue bouddhiste, un des rares hauts dignitaires religieux à signer la déclaration contre l’homophobie à l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie en 2011. Il avait même diffusé cette déclaration auprès de tous les rabbins consistoriaux. Cette déclaration solennelle condamnait notamment tout acte de violence verbale et physique à l’encontre des homosexuels. Bref, le rabbin avait tout fait pour complaire au système dominant. Patatras ! On se demande quelle mouche l’a piqué. Voici que le grand rabbin publie un essai violemment “homophobe”, usant de l’expression « cheval de Troie »à propos de l’homosexualité, accusant les militants homosexuels d’avoir pour objectif de « réaliser un ambitieux projet », la destruction pure et simple de la famille et du mariage, et de vouloir dynamiter les fondements hétérosexuels de notre société. A quoi tient ce changement radical de position ? On l’ignore, mais Le Monde fronce les sourcils, évoquant la “terreur” du rabbin face aux homosexuels.

 

SACRÉ CHIRAC…

 

Le grand athlète britannique Sebastian Coe, qui fut à la tête du comité d’organisation des JO de Londres, vient d’écrire sa biographie. Il raconte que Chirac avait commis une déclaration quelque peu hasardeuse sur la nourriture anglaise et avait sérieusement contribué à l’échec de la candidature de Paris. En 2005, quelques jours avant de se rendre à Singapour pour y défendre la candidature de Paris, il avait rencontré Vladimir Poutine et Gerhard Schroeder. Il leur avait déclaré en toute simplicité : « Vous ne pouvez pas vous fier à un peuple qui cuisine aussi mal que ça. » Fureur de Cherie Blair, l’épouse du Premier ministre britannique. Selon Sebastian Coe, elle se dirigea, lors d’une réception à Singapour, « comme la tête chercheuse d’un missile » vers la délégation française et se mit à hurler « comme un putois » à l’encontre de Chirac. Il paraît que ce dernier, très gêné, se retira avant même de tenter de convaincre des responsables du CIO de voter en faveur de la candidature de Paris…

 

LA CONVENTION IDENTITAIRE BOUDÉE PAR LES PARTIS EUROPÉENS

 

Le Bloc Identitaire organisait sa IVe Convention identitaire les samedi 3 et dimanche 4 novembre à Orange. Ils avaient annoncé la présence d’une délégation du Vlaams Belang flamand, du Fpoe autrichien et de Plataforma Catalunya. En fait aucun représentant de ces partis ne fut présent. La raison ? Marine Le Pen avait pris contact avec les Flamands et les Autrichiens, leur demandant instamment de ne pas s’y rendre. Elle mène aussi, par l’intermédiaire de son concubin Louis Aliot, une vigoureuse campagne contre le mouvement catalan Plataforma Catalunya accusé de vouloir s’implanter en Catalogne du nord, dans les Pyrénées-Orientales, et encore plus grave à ses yeux, d’abriter des “extrémistes” voire des “néo-nazis” en son sein. Le Bloc Identitaire, qui avait tenté de multiples approches auprès du FN et qui ne doute de rien, avait aussi invité Marion Le Pen, l’unique députée encartée au FN. Celle-ci a décliné l’invitation, affirmant ne pas avoir « de grandes affinités avec les Identitaires » supposés être « européistes et régionalistes. » Philippe Vardon, le numéro deux des Identitaires, mais sans doute le vrai “patron”, geint et se plaint de tant d’injustice, soutenant que si Marion Le Pen n’apprécie pas les Identitaires, ces derniers ont « plutôt de la sympathie pour elle et méritent certainement un peu mieux que ce commentaire tranchant. » Les dirigeants du Bloc adoreraient pouvoir coopérer avec le Rassemblement Bleu Marine dans la perspective des élections municipales de 2014. Mais Marine Le Pen a répondu, sans pitié, qu’à ses yeux « une telle hypothèse n’était pas d’actualité ». Il est, certes, très difficile de tenir un double langage : la radicalité d’un côté, la respectabilité de l’autre. Exemple : le bouillant Mario Borghezio, député de la Ligue du Nord (que Marine Le Pen n’aime pas, au demeurant), était présent, lui. Les participants se souviendront de son discours : « Il faut être avec les livres, les idées mais aussi avec le baston. Il faut bastonner quand il faut ! […] Un peuple c’est le sang, une ethnie, des traditions et nos ancêtres ! […] Vive les blancs en Europe ! Vive notre ethnie ! Vive notre race ! », a-t-il ainsi harangué sous les hourras de la salle. Par la suite il s’est référé à son « maître Julius Evola » et a indiqué qu’il faudrait aujourd’hui « un poète comme Brasillach » pour « s’enthousiasmer ». Gêne chez les dirigeants du Bloc. L’AFP a évidemment relayé l’information. Fureur de Fabrice Robert qui a interdit le lendemain l’entrée de la Convention au journaliste incriminé. Du coup, les autres journalistes se sont retirés. Brillant résultat… Le Bloc Identitaire, qui cherche désespérément à entrer dans le système, a cependant l’immense satisfaction de recueillir des commentaires des plus élogieux sur le site ultra-sioniste Dreuz.info. Mais en attendant, le député-maire d’Orange, Jacques Bompard, a lui aussi fait faux bond, alors que sa présence avait été tonitruée (pardon pour le néologisme) par le Bloc. Le président du Bloc Identitaire, Fabrice Robert qui fut un des dirigeants d’Unité Radicale, mouvement dissous suite à l’“attentat” contre Chirac, apprendra à ses dépens que les reptations ne servent à rien. Facho un jour, facho toujours…

 

LES COUACS À RÉPÉTITION D’AYRAULT

 

Ayrault commence sérieusement à acquérir, lentement mais sûrement, la réputation de Premier ministre le plus calamiteux et le plus gaffeur de la Vème République. Pire qu’Edith Cresson, ce qui n’est pas peu dire. Ayrault avait décidé de recadrer ses ministres qui se lançaient dans une joyeuse cacophonie, leur demandant de se maîtriser. Il déclarait martialement, mardi 30 octobre : « Je vous le dis, des fois que ça ne serait pas compris, mais maintenant ça l’est : c’est quelque chose qui ne peut pas se reproduire. Vous jugerez sur pièce. Je pense que ce temps-là, il est terminé (celui des couacs). » Les ministres tremblaient devant un ton aussi viril. Et boum, dans les heures qui suivent, voici Ayrault qui se prend les pieds dans le tapis. A un lecteur du Parisien qui l’interroge sur un possible retour aux 39 heures, et, bien sûr sur la remise en cause des sacro-saintes 35 heures, il répond candidement : « Il n’y a pas de sujet tabou ». Inutile de dire que certains ministres qui avaient été recadrés pour des déclarations jugées intempestives rient sous cape, que la gauche est très gênée aux entournures et que la droite parlementaire exulte. Un député socialiste ose même cette cruelle comparaison : « Ayrault, c’est Human Bomb. Il se fait sauter une fois par semaine. » Un autre soupire : « Il a été maladroit, et on se retrouve avec une nouvelle polémique, tout le monde en a un peu marre. » Le pauvre Ayrault n’a certainement pas fini de souffrir…

 

HOLLANDE ET AYRAULT : LA DESCENTE AUX ENFERS

 

Les cotes de confiance de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault tombent respectivement à 36 % et 34 %, selon un sondage TNS Sofres réalisé pour le compte du Figaro Magazine. Le Premier ministre s’approche dangereusement des 30 % d’opinions favorables, atteints par Edith Cresson, alors calamiteux Premier ministre de François Mitterrand en 1991, qui la remercia dix mois à peine après son entrée en fonctions. Problème de Hollande : Il est quasiment aussi impopulaire qu’Ayrault. Il n’y a que 5 % des Français à lui faire « tout à fait confiance ». Du coup la cohérence voudrait qu’il démissionnât lui-même en même temps que son Premier ministre. Est-ce raisonnable de l’espérer ? Certainement pas…

 

SÉGOLÈNE ROYAL LES MARTYRISE

 

Les photographes accrédités pour suivre le couple présidentiel l’ont noté avec amusement. Ségolène Royal ne manque pas une occasion de croiser François Hollande et Valérie Trierweiler lors de leurs déplacements. J’avais évoqué dans ces colonnes la pantalonnade de New-York, à l’ONU, où François Hollande avait rebroussé chemin au moment de pénétrer dans le hall où Ségolène accordait une interview à la presse. Cette dernière, sadique en diable, était aussi récemment sur le chemin de Hollande et du Rottweiler, lors de leur visite de l’exposition Edward Hopper au Grand Palais. Certains, forcément paranoïaques, évoquent l’hypothèse que Ségolène Royal pourrait être renseignée sur les déplacements du couple présidentiel…

 

Chaque vendredi, retrouvez la chronique de Robert Spieler dans Rivarol...

10:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.