Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2012

Chronique de la France asservie et résistante...

2666464449.jpgRobert SPIELER

RIVAROL n°3075 du 28 12 2012

 

QUI sont les organisateurs autoproclamés de la manifestation du 13 janvier contre « le mariage pour tous » ? Ils sont trois. D’abord celle qui se fait nommer Frigide Barjot (je l’évoque plus loin), Xavier Bonjibault, président de « Plus Gay sans mariage » (tout un programme) et Laurence Tcheng, qui prétend être de gauche.

 

MANIF DU 13 CONTRE LE “MARIAGE POUR TOUS”, L’EXTRAORDINAIRE IMPOSTURE

 

Frigide Barjot, qui est devenue l’interlocutrice privilégiée des media, ne cesse de verser dans le politiquement le plus correctissime. Complètement déjantée (elle le dit elle-même), elle avait déjà demandé aux participants, lors de la manifestation du 8 décembre, d’applaudir les homosexuels qui feraient de la provocation sur le parcours de la « Manif pour tous » en s’embrassant sous les yeux des manifestants. Elle avait aussi suggéré, au cas où les activistes de Femen feraient irruption (ce qui fut le cas, avec notamment la présence d’une Femen particulièrement agressive, connue pour être une prostituée), que « les manifestantes se déshabillent aussi pour être en situation d’entamer un dialogue équitable. » Lors de cette manif, un prêtre en soutane avait été fermement invité par le service d’ordre à se cacher au milieu du cortège alors qu’un imam était invité à y prendre la parole ès qualités. Pour la manif du 13 janvier, dite unitaire, voici les consignes des “organisateurs”. Lisez-les attentivement si vous voulez participer à cette pantalonnade, sans risque d’en être expulsés : « Toutes les banderoles et les pancartes autres que celles autorisées seront retirées du cortège, ainsi que leurs éventuels porteurs récalcitrants » ; « ceux qui viennent manifester le 13 janvier seront obligés de défiler contre l’homophobie » ; « Tout slogan de nature politique ou mettant en cause des personnes est proscrit » ; « Les participants sont invités à ne reprendre que les slogans annoncés au micro ». Et puis, et puis : « Les participants sont encouragés à venir habillés en bleu, blanc, rose »… Mais le meilleur est pour la fin : « Le 13 janvier, il y aura un char des homos… », déclare la Barjot, et « j’appellerai tout le monde à venir danser sur le char gay. »

 

DES CATHOLIQUES PROTESTENT

 

Frigide Barjot se flatte devant les micros d’avoir participé à toutes les « gay pride ». Lors de ses conférences de presse, elle aime porter une veste marquée du « Banana Café », bar gay de Paris. Elle aime les gays mais elle n’aime pas les catholiques de tradition. Elle vient ainsi de déclarer : « Civitas, c’est clair et net, ils viendront et ils seront obligés de défiler contre l’homophobie et d’enlever leurs bannières ». « S’ils arrivent avec leurs trucs Civitas et leurs chapelets, ce sera gentiment : dehors ! » Du coup, des catholiques s’énervent. Alain Escada, le président de Civitas, déclare : « Non, les participants ne viennent pas pour danser sur un char gay ! La rue appartient à tout le monde et nous n’avons pas besoin de l’assentiment d’un comité “gay friendly” pour manifester ! » Du coup, il appelle au rassemblement le dimanche 13 janvier à partir de 13h place Pinel (métro Nationale) dans le XIIIe arrondissement en précisant que « banderoles, bannières, drapeaux et pancartes y seront les bienvenus ». Les évêques qui ont annoncé leur présence le 13 janvier, et les responsables politiques de droite, dont Jean-François Copé, défileront-ils derrière le char “gay” de la Barjot ou aux côtés des résistants de Civitas ? On verra bien…

 

MAIS QUI DONC EST “FRIGIDE BARJOT” ?

 

Son vrai nom est Virginie Merle. Elle est l’épouse de Bruno Telenne, alias Basile de Koch, frère de Karl Zéro. Elle se définit comme humoriste et chroniqueuse mondaine. Avec son mari, elle anime le « groupe d’intervention culturel » Jalons qui publie notamment des pastiches de grands journaux, des livres et des disques, dans un esprit plutôt droitier. Ils ont ainsi commis des pastiches très réussis de Paris-Match (nommé Pourri-Moche), de France Dimanche (Franche démence), d’Ici Paris (Ici Pourri) et de Points de vue, Images du monde (Coin de rue, Images immondes). Mes enfants eurent droit, il y a douze ans, à deux pages dans Pourri Moche. Ils étaient photographiés (avec, évidemment ma complicité) dans un parc de Strasbourg, en plein hiver, déguisés en nains de jardins. L’image avait été bleuie et ils apparaissaient transis de froid. L’article s’en prenait à ces parents indignes qui exploitaient de pauvres enfants en les exhibant dans le but de se faire de l’argent. Coins de rue, Images immondes offrit aussi une couverture très drôle. On y voyait la photo de Stéphanie de Monaco avec ce titre : « Scandale à Monaco. Un travesti se fait passer pour Stéphanie de Monaco ! » Le groupe Jalons était supposé être composé de plusieurs sous-groupes, plus délirants les uns que les autres, dont « nazisme et dialogue » et « socialisme et barbarie »… En 2009, Frigide Barjot simula une brusque conversion au catholicisme et se fit le défenseur de Benoît XVI dans les media. Elle créa un groupe pro-Benoît XVI sur Facebook, mit en ligne un site Internet, « Touche pas à mon pape » et organisa même un“Benoîthon” sur le parvis de Notre-Dame. Pourquoi prétendre qu’elle simula une conversion et pourquoi sourire quand elle affirma s’être « muée en pilier de confessionnal à la mort de Jean Paul II » en 2005 ? En réalité Frigide et son mari sont issus de familles très catholiques. La mère de Basile de Koch et de Karl Zéro est animatrice sur la chaîne KTO. Ils furent mariés par l’abbé de Nantes, prêtre aujourd’hui décédé qui fut très hostile à Vatican II et qui créa le mouvement de la Contre-Réforme catholique au XXe siècle. Bruno Telenne et son frère Marc (Karl Zéro) prétendent évidemment n’avoir jamais côtoyé l’extrême-droite. C’est faux. Le mari de Frigide Barjot fut membre du GUD (Groupe Union Défense), très présent à Assas, et fréquenta les locaux du PFN (Parti des Forces Nouvelles), boulevard Sébastopol. Il y entraîna son frère, le futur Karl Zéro, qui avait quelques talents de dessinateur. Il s’amusa ainsi à pasticher des albums de Tintin dont les happy few n’ont pas oublié les titres : « Tintin est-il juif ? » et « Tintin est-il antisémite ? » Bruno Telenne et son épouse Frigide ne sont pas malheureux. Ils habitent un très beau duplex, bien connu d’homosexuels noctambules qu’ils fréquentent beaucoup, beaucoup, tous les deux, (...) dans le XVe arrondissement de Paris : un superbe appartement dans une HLM de la Ville de Paris qu’ils avaient obtenu du temps où leurs amis droitistes étaient influents à l’Hôtel de Ville. Il paraît que l’actuelle municipalité pourrait s’intéresser à ce qui pourrait être un abus de logement social… Pour d’autres informations plus croustillantes, qui évoquent l’alcool, la cocaïne et autres parties fines, j’invite mes lecteurs à se rendre sur le blog « adieufrigidebarjot ». Edifiant…

Spieler.jpg

PRÊTRE, IL ANNONCE SON MARIAGE PENDANT LA MESSE

 

Ça s’est passé en Sicile, en l’église de San Lorenzo, située à Trapani. Le prêtre, Vico Lombardo, 33 ans, tranquille, pas gêné pour un sou, a annoncé à ses paroissiens son grand bonheur : il allait se marier… Il leur a aussi fait part de son immense joie d’être bientôt père, expliquant : « C’est ma dernière messe, je suis amoureux d’une femme (remarquez qu’il aurait pu l’être d’un homme) et dans quelques mois je serai père. » Sa liaison avec une jeune femme durait depuis longtemps et sa concubine était arrivée au cinquième mois de grossesse. Difficile dès lors de faire dans la discrétion… Les fidèles sont, paraît-il, apparus extrêmement surpris et divisés par cette annonce. C’est curieux…

 

UNE ENSEIGNANTE QUI SE REBELLE

 

Une enseignante de 60 ans, professeur de français dans un lycée technologique d’Orléans, normalienne et agrégée, vient d’être suspendue par le rectorat. La raison ? Samir, un de ses élèves la raconte : « Lorsqu’elle a vu les noms qui figuraient sur la liste d’appel, elle nous a dit qu’elle avait le vertige. » Le 25 octobre, jour de l’Aïd, alors qu’elle constate l’absence de certains jeunes, elle aurait commenté : « Vive les fêtes religieuses, on est enfin tranquilles. » Un autre élève relate : « Elle disait que le français était une langue étrangère pour nous ». Du coup, cela suscite l’émotion. L’inspecteur d’académie a déclaré : « C’est une affaire bien triste et nous devons faire la lumière. Cette (“cette” bien sûr, pas “ce”) professeur est actuellement interdite d’accès en cours. Il peut être envisagé un conseil de discipline. » Bien fait. Ça lui apprendra à se comporter comme une résistante.

 

L’ISLAMISATION DE L’ESPACE

 

C’est parti. L’espace est aussi en voie d’islamisation. Le neuvième astronaute musulman, Muszaphar Shukor, malaisien, vient de raconter comment il a été le premier à avoir récité une prière islamique dans l’espace. La navette spatiale ayant été lancée du Kazakhstan, il a déclaré : « Je priais cinq fois par jour en prenant en considération l’horaire du Kazakhstan. Je tournais mon visage vers la terre pour prier en direction de la Mecque. Grâce à Dieu, la Station spatiale se trouvait dans une position où on pouvait voir directement la terre. » Ce grand humaniste poursuit : « Il est très important de montrer aux musulmans comme aux non-musulmans que l’islam doit être pratiqué même dans l’espace. L’Islam est un mode de vie que vous devez pratiquer où que vous soyez, que ce soit sur terre ou dans l’espace. » Du coup, les autorités islamiques malaisiennes ont édicté une fatwa codifiant la pratique de l’islam dans l’espace… Il paraît que le prochain astronaute français s’appelle Charles Martel.

 

TOUJOURS AU KAZAKHSTAN…

 

Le gouvernement avait fait voter une loi, le 25 octobre 2011, stipulant que les églises chrétiennes avaient un an pour solliciter la reconduite de leurs activités. Beaucoup n’ont pas vu leurs autorisations reconduites, certaines pour des motifs des plus bizarres. C’est le cas de cette église : le motif de l’interdiction ? : la diffusion de “fausses” informations. Entre le dépôt de la demande et son examen par les autorités, un des signataires de la demande était décédé, donc les informations fournies « étaient fausses ». CQFD…

 

LE “MIETTEUR” INVITÉ À L’ELYSÉE !

 

J’avais évoqué dans ces chroniques, la semaine dernière, Henri Carton, Président des Anciens exploitants agricoles de l’Aisne (2 000 adhérents) qui s’était quelque peu énervé suite aux promesses (non tenues) que Hollande lui avait faites par écrit par rapport à la revalorisation des petites retraites des agriculteurs, avant l’élection présidentielle. Les pensions moyennes des anciens exploitants agricoles atteignent 770 euros par mois. Mais Henri Carton, qui a travaillé de 14 à 60 ans, est un privilégié. Il touche aujourd’hui 885 euros et son épouse 570, ce qui ne lui semble pas colossal. Il avait envoyé une lettre au président de la République, on s’en souvient, pour protester contre ces faibles montants, 500 lettres contenant des miettes de pain, suscitant la rage du mini-Conducator. La plainte pour « offense au chef de l’Etat » ne sera cependant pas déposée. L’affaire ayant suscité un buzz pas possible sur internet et dans l’ensemble des media, entre ironie et fureur, Hollande a préféré faire profil bas. Très, très bas… Le préfet de l’Aisne, Henri Bayle, vient de téléphoner à Henri Carton pour lui expliquer qu’il n’y aurait pas de dépôt de plainte et qu’il serait même reçu à l’Elysée par des collaborateurs du chef de l’Etat.

 

DERNIÈRES NOUVELLES DE LA “PIRE RESTAURATRICE DE L’HISTOIRE”

 

Cecilia Gimenéz, une Espagnole de 81 ans, s’était mise en tête de restaurer un tableau du Christ qui trônait dans son église. Le résultat fut, comme nous l’avions évoqué dans une précédente chronique, parfaitement catastrophique. Elle avait transformé l’Ecce Homo en hérisson, attirant des milliers du curieux, pour voir cette bizarrerie. Elle a décidé de se rattraper en mettant aux enchères un tableau de 33 sur 22 cm. La somme recueillie sera versée à une œuvre caritative. Avis aux esthètes rivaroliens…

 

AVOCATE ÉGORGÉE : DES NOMS ! DES NOMS !

 

Raymonde Talbot, une avocate marseillaise, avait été sauvagement poignardée et égorgée, le 30 novembre dernier. Mais qui pouvaient bien être les coupables ? Ils viennent d’être arrêtés, mais on ne connaît pas leur nom. Juste leurs prénoms : Azziez, 53 ans, le père de famille, qui avait déjà été impliqué dans une affaire d’homicide au début des années 2000 ; son fils aîné, Hadou, 27 ans, déjà arrêté à maintes reprises pour violences et son frère Samir, même profil. On ignore évidemment leurs origines. Mais comment ont-ils été identifiés ? Réponse : comme ces gens-là ne brillent pas par une folle intelligence, ils ont trouvé moyen de se faire filmer par les caméras de vidéosurveillance, le matin des faits, à la sortie du cabinet de l’avocate qu’ils venaient de trucider…

Les commentaires sont fermés.