Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2013

Une "première" mardi soir à Paris : à l'initiative de Synthèse nationale, un dialogue constructif s'engage entre des nationalistes et des syndicalistes...

9-avril.jpgMardi soir se déroulait dans le salon archibondé d’un grand hôtel du quartier de l’Opéra à Paris une véritable « première ». En effet, à l’invitation de Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale, une conférence réunissait à la fois un représentant du principal syndicat national des commerçants et artisans, le CIDUNATI*, en l’occurrence M. Gérard Orget, Président francilien de cette organisation, le porte-parole du mouvement solidariste 3e Voie, M. Serge Ayoub, ainsi que M. Pieter Kerstens, chef d’entreprise venu de Bruxelles, ancien dirigeant d’une société multinationale.

 

Les petites et moyennes entreprises représentent de loin le principal employeur en France. Les négliger, voir les condamner, relève d’une démarche idéologique bien précise orchestrée par les financiers apatrides qui dirigent le monde et qui veulent détruire à tout prix tout ce qui va à l’encontre de leurs profits immédiats.

 

Cette conférence sera prochainement en ligne sur le site Synthèse nationale. Chacun exprima son point de vue et tous tombèrent d’accord pour affirmer que seule l’entente des différents facteurs qui composent une entreprise est aujourd’hui susceptible de sauver, dans le contexte actuel, notre économie nationale. Cette entente entre les employés et la direction, sur des bases saines respectant les positions de chacun ne pouvant être régulée que par un Etat fort. Un Etat qui mettrait l’intérêt national au-dessus de tout.

 

Pour cela, il convient de rompre immédiatement avec le libéralisme fou, et aussi avec son alter égo marxiste, qui accentuent de jour en jour la paupérisation des classes moyennes. Nous nous retrouvons actuellement dans une situation telle que l’hyper-classe ultra protégée (env. 10% de la population) s’enrichie de manière effrénée pendant que la masse des assistés (env. 20% de la population), souvent issus de l’immigration, ne cesse de croître. Plus de 200 00 immigrés entrent en France chaque année alors que l’on compte près d’un millier de chômeurs supplémentaires par jour. Il est clair que cette situation ne pourra pas perdurer 107 ans.

 

Réunion SN 9 04.jpgPour remédier à cette situation dramatique les orateurs, après avoir exprimés leurs propositions respectives, se retrouvèrent sur une évidence : les réformes ne servent plus à rien. Seule une révolution nationale, sociale et populaire, unissant toutes les catégories socio-professionnelles en un seul combat, pourra remettre la France, tout comme l’ensemble des pays européens, debout.

 

Le Système actuel ne doit pas seulement être combattu, il doit être abattu. Le temps presse, assez de bavardages, il est temps de s'organiser. Si aujourd'hui une véritable offensive de la part des nationaux et des nationalistes est mise en place afin de prendre le contrôle des syndicats squattés par les socialo-marxistes, la perspective d'une grève générale visant à mettre à bas ce gouvernement composé de nantis et d'incapables serait envisageable. Demain, il sera sans doute trop tard...

 

A la fin de la réunion, Roland Hélie a appelé les Français à venir massivement le dimanche 12 mai prochain (10 h 00, Place de La Madeleine à Paris) à la grande manifestation nationaliste et populaire contre le mondialisme.

 

* Rappelons que le CIDUNATI, fondé par Gérard Nicoud au début des années 70, est aujourd’hui le syndicat des commerçants et artisans majoritaire en Ile-de-France.

 

 

Les commentaires sont fermés.