Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2013

La bonne surprise de la rentrée : avec son numéro 33 (septembre octobre 2013) la revue Synthèse nationale fait peau neuve !

 

Synthe-se nationale_33_couv.jpg

Sortie imminente, avec une maquette totalement rénovée.

 

Au sommaire :

 

- L'éditorial de Roland Hélie

- Les FemHaine, chiennes de garde du Système, Georges Feltin-Tracol

- Faut-il dissoudre Christiane Taubira, Luc Pécharman

- 4 mois après l'affaire Estéban, Serge Ayoub parle

- Quand Hollande singe Sarkozy, Yves-Marie Laulan

- Les "bobardements" américano-sionistes sur la Syrie, Arnaud Raffard de Brienne

- La saga de l'Oncle Sam, Pieter Kerstens

- Un bel hommage rendu à Dominique Venner, Bastien Valorgues

- Violette Morris au Panthéon ?, Patrick Gofman

- Fernand Neuray, figure méconnue du nationalisme belge, Lionel Baland

- L'épopée fulgurante des Vandale, Yves Darchicourt

- Les pages du Marquis, Jean-Paul Chayrigues de Olmetta

- François Balsan, un explorateur français, Francis Bergeron

Les rubriques de Philippe Randa, de Patrick Parment... Les livres à lire...

 

120 pages, 12 €

 

VOUS AIMEZ CE BLOG D'INFORMATIONS

ABONNEZ-VOUS A LA REVUE

SYNTHESE NATIONALE

Bulletin d'abonnement

Abonnement : 1 an, 6 numéros,

simple 50 €, étranger 60 €, soutien 100 € ou +

Chèque à l'ordre de Synthèse nationale à retourner à

Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris

(correspondance uniquement)

 

13/09/2013

La manifestation du 14 septembre est interdite : une décision politique de Manuel Gaz Valls !

 

1880162005.jpg

Yves Darchicourt


Ainsi donc le Préfet de Police de Paris envisage d'interdire la grande manifestation prévue ce prochain samedi à Paris pour la défense des libertés publiques et le soutien à nos camarades emprisonnés et notamment Esteban Morillo, coupable de s'être défendu contre un agresseur gauchiste, un bobo gringalet qui pétait plus haut que son cul. Il paraît même que cette manifestation risquait de heurter la sensibilité humaniste des anti-fascistes dont on sait qu'il n'ont recours aux dégradations, aux incendies, aux pillages, à la bastonnade et à la frénésie du cutter que pour défendre la démocratie et les droits de l'homme, allogène de préférence.


Ne nous y trompons pas. D'abord, la ficelle de risques de troubles à l'ordre public est aussi grosse que celle des armes de destruction massive irakiennes ou le recours au gaz sarin par les loyalistes syriens. Et puis, le Préfet de Police de Paris n'envisage pas, ne décide pas : il obeit aux ordres de son ministre; un haut fonctionnaire n'est qu'un rond de cuir mieux payé que les autres certes mais pas plus payé pour penser que les préposés aux photocopies des sous-préfectures. Cette décision n'a rien à voir avec la sécurité et la tranquillité des parisiens ; c'est une décision politique prise par Manuel Gaz Valls, marionnette des lobbies du Nouvel Ordre Mondial pour qui tout ce qui de près ou de loin relève du patriotisme, du nationalisme, de l'identitaire ou du solidarisme est voué à être combattu, villipendé, interdit, réprimé... et même gazé comme on a pu le voir faire sur des femmes et des enfants lors des manifestations contre le mariage homo. 


Le combat bien sûr continue, il doit s'étendre à tous les domaines, se radicaliser et entraîner par l'exemple nos compatriotes et congénères anesthésiés ou nos camarades découragés. Les coups qui nous sont portés ne feront que renforcer notre détermination : qu'avons nous de plus à perdre quand notre identité même est menacée? Contre la dictature qui veut faire de nous un peuple en voie de disparition, tout est bon, tout se justifie et la résistance n'est plus seulement un droit, c'est un devoir. Serviteur d'un Système déconsidéré, le pouvoir écolo-socialiste a peur, il a la peur de la bête blessée qui cherche à mordre une dernière fois. A nous de l'achever... même par les moyens légaux ! Rassemblement ! Résistance ! Reconquête !


09:21 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

11/09/2013

Le Préfet de Police de Paris se couche devant les dictats de la pègre gauchiste : LA MANIF DE SAMEDI EST INTERDITE !

Communiqué du Collectif pour la Défense des Libertés Publiques :

 

Monsieur le préfet de Paris est un homme très occupé et très autoritaire : il finira sans doute décoré par Manuel Valls, nouveau commissaire du peuple à la française.

Après avoir fait attendre des semaines entières les responsables de la manifestation du 14 septembre pour la défense des libertés publiques et la défense des prisonniers politiques, voilà que le couperet « républicain » est tombé :

Interdiction pour menaces de troubles à l’ordre public. Interdiction car notre manifestation « est susceptible de déplaire aux militants antifascistes ».

Hé oui la France, donneuse de leçon démocratique à des régimes souverains comme celui de Bachar El Assad en Syrie, prive une partie de son peuple du droit fondamental de manifester.

Le gouvernement français, après avoir embastillé, réprimé, et même gazé son propre peuple lors des manifestations du début d’année, entend enfoncer toujours plus le clou d’une dictature digne d’une vieille république soviétique.

Néanmoins, nous prenons acte de cette décision inquisitrice, et, n’ayant pas dans nos gènes le sang des martyrs aux vues courtes mais celui des héros aux grands destins, nous ne braverons pas l’interdiction de manifester. Tout comme nous ne tomberons pas dans le piège du référé liberté de dernière minute.  Nous appelons donc l’ensemble des patriotes qui avaient prévu de se rendre à Paris samedi 14 septembre à ne pas faire le déplacement.

Pour le remboursement de vos frais de transports, n’hésitez pas à envoyer la facture à la préfecture de police de Paris, ou directement à Manuel Valls, au ministère de l »intérieur.

Pour conclure, ce gouvernement devrait faire attention : d’interdictions en dissolutions, d’emprisonnements en répression, à grands coups de matraquage médiatique, intellectuel et politique dignes l’URSS, il ne pourra bientôt plus contrôler un peuple en colère.

Car M le préfet de Paris. M Valls. Messieurs les gouvernants. Vous pouvez être surs que nous ne nous arrêterons pas là. La suite, très prochainement.

Quand les peuples cessent d’estimer, ils cessent d’obéir !

 

prefecture-1.png

 prefecture2.png

NDLR : La farce du "référé liberté" :

 

Comme toujours l'hypocrisie du Système se cache derrière des artifices douteux pour imposer les décisions de celui-ci. Il en va ainsi de la farce du "référé liberté", la tarte à la crème pour faire passer les pires décisions liberticides. Synthèse nationale a eu l'occasion de s'en rendre compte en avril dernier. Rappelez-vous, c'était dans la région lilloise. Au dernier moment la salle où nous devions tenir notre journée régionale nordiste (cliquez ici) nous a été retirée arbitrairement en raison d'un caca nerveux du responsable local (un lycéen) de l'officine SOS-Racisme. Nous avons déposé un recours devant la justice. Non-seulement nous avons été déboutés mais, en plus, nous avons été condamnés à payer une amende (cliquez là).

En juillet dernier, nos amis du Local, le célèbre bar associatif parisien, ont aussi déposé un référé à la suite de la scandaleuse dissolution de l'association Envie de rêver. Même réponse de la part de la "justice".

Messieurs les Grands Démocrates, arrêtez donc de prendre vos victimes pour des imbéciles...

Le Collectif pour la Défense des Libertés publiques a 1 000 fois raison de ne pas tomber dans ce piège scabreux.

 

 

11:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)