Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2013

PLUS DE 800 MILITANTS NATIONALISTES DANS LES RUES DE PARIS CET APRES-MIDI POUR DIRE NON AU MONDIALISME ET A L'IMPERIALISME...

SAM_0399.JPG

La tête de la manif arrivait Place du Panthéon alors que la queue était encore loin de la rue Soufflot (Photo P. Gofman L'écho parisien)

 

Très belle réussite pour la manifestation nationaliste unitaire, organisée à l'initiative de 3e Voie, qui s'est déroulée samedi après-midi dans le Quartier Latin. Plus de 800 personnes ont ainsi défilé sans incident du Carrefour Odéon jusqu'à la Place du Panthéon. Impécablement encadrée par le Service d'ordre des JNR (Jeunesses nationalistes révolutionnaires), cette manifestation avait reçu le soutien des associations nationalistes syriennes, des indépendantistes québécois, des militants wallons du mouvement Nation, ainsi que d'autres organisations européennes.

 

Nous reviendrons très prochainement sur cet événement considérable pour le mouvement nationaliste dans son ensemble. Félicitons-nous de la réussite et de l'entente harmonieuse qui s'est instaurée pendant l'organisation de ce rassemblement entre la Nouvelle Droite Populaire, Synthèse nationale, le GUD et 3e Voie.NDP défilé manif du 02022013.JPG

Tout de suite, nous vous proposons le texte de l'intervention de Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale et membre du Bureau de la NDP, prononcée face au Panthéon avant la dispersion de la manifestation :

 

Amis et camarades nationaux et nationalistes,

 

Dimanche 13 janvier dernier, c’est plus de 1 million de Français qui ont manifesté à Paris leur opposition à la loi Taubira qui prétend instaurer un « mariage pour tous ». Nous ne pouvons que nous réjouir du succès de cette manifestation.

 

Mais ces manifestants savent-ils qu’au-delà de cette parodie de mariage la principale menace qui pèse sur la conception traditionnelle de la famille à laquelle ils sont attachés est la politique mondialiste voulue par l’hyper-classe apatride qui prétend diriger le monde et dont Hollande et Taubira ne sont en réalité que les petits domestiques serviles.

 

Pour réaliser leur projet funeste de transformer la Terre en un vaste espace économique uniformisé dans lequel les identités, nationales, ethniques et sexuelles seraient broyées, les mondialistes s’acharnent à détruire tous les repères qui font la spécificité de chaque peuple. Notre conception européenne de la famille est donc, à leurs yeux, l’une des premières cibles à abattre. L’humanoïde idéal pour ces nouveaux maîtres du monde devra être un consommateur métissé, déculturé, déraciné et asexué. La promotion de la fumeuse théorie dite du « gender » allant dans ce sens.

 

Cependant les prétentions mortifères des mondialistes se heurtent de plus en plus aux réactions populaires. Partout dans le monde les peuples prennent conscience que leur existence est menacée. La gigantesque manifestation du 13 janvier peut être considérée comme l’un des premiers symptômes de ce réveil salvateur dans notre pays. Mais il faut aller plus loin.

 

Les Français n’ont plus rien à attendre des partis politiques de la pseudo droite ou de la gauche dogmatique qui se partagent le pouvoir depuis des décennies. Ils sont tous imprégnés par l’idéologie mondialiste. Ils portent tous une accablante part de responsabilité dans le désastre actuel.

 

Voilà pourquoi la Nouvelle Droite Populaire et Synthèse nationale ont répondus avec enthousiasme à l’appel à cette manifestation contre le mondialisme et l’impérialisme organisée, à l’initiative du mouvement 3e voie.

 

La NDP et Synthèse nationale se félicitent aussi de la participation à nos côtés de délégations de peuples en lutte pour sauver leur identité tels que nos frères québécois et wallons ou encore les Serbes et bien sûr les Syriens qui sont actuellement en première ligne face à une convergence d’intérêts entre les mondialistes et les islamistes.

 

Depuis des décennies on cherche à nous faire avaler, au nom de l’ultra-libéralisme, que l’avenir de l’humanité passe par la globalisation de l’économie et par la destruction des différences qui, jusqu’à présent, faisaient la richesse de la planète…

 

L’hyper-classe apatride qui a progressivement prit le pouvoir, au dépend de la souveraineté des peuples et des nations, veut créer un monde uniformisé dans lequel les humains ne seraient plus que des consommateurs dociles privés de toutes références identitaires. Cela pour le plus grand profit des multinationales et des financiers tels la Goldman & Sachs et autres riverains de Wall street

 

Partout où le mondialisme triomphe, partout les peuples subissent !

 

Toute la classe politique française porte une accablante part de responsabilité dans cette situation. Ils ont tous contribué, d’une manière ou d’une autre, au bradage de notre indépendance nationale, de notre économie industrielle et à l’anéantissement de notre civilisation européenne…

 

IL FAUT QUE CELA CHANGE !

 

A la domination mondiale de l’hyper-classe cosmopolite, nous opposons le réveil des peuples et des nations. Nous ne voulons plus que notre avenir soit dirigé par ceux qui ont conduit nos compatriotes à se retrouver de plus en plus nombreux au seuil de la misère.

 

La France et l’Europe sont fières de leur Histoire et de leur Civilisation. Elles en ont assez de la repentance permanente imposée par les pseudo-pouvoirs successifs et de l’humiliation qui en découle.

 

De plus, dès les années 70, au nom du profit immédiat, le patronat sans scrupule, soutenu par les syndicats marxistes à la recherche alors d’une « clientèle » qu’ils imaginaient facile à manipuler, nous a imposé sur notre sol une immigration incontrôlée qui engendre l’islamisation progressive de notre société.

 

Face au grand brassage des peuples, face à la destruction des nations, face aux prétentions criminelles des mondialistes nous répondons simplement en reprenant l’expression si chère à notre camarade Pierre Vial : UNE TERRE, UN PEUPLE !

 

Nous voulons une France française, dans une Europe européenne…

 

Nous voulons instaurer un Ordre nouveau, nationaliste, populaire, solidariste et identitaire, seul capable de redonner au peuple français et aux peuples d’Europe leur liberté, leur prospérité et leur dignité.

 

Voilà pourquoi nous appelons au réveil des identités et à la constitution d’un vaste front nationaliste et populaire antimondialiste capable d’incarner l’opposition réelle de nos peuples à la volonté hégémonique de l’hyper-classe apatride !

 

Voilà pourquoi, dès maintenant nous devons nous mobiliser en vue de la préparation et de la réussite de la grande manifestation nationaliste du dimanche 12 mai prochain, jour de Ste Jeanne d’Arc, à Paris pour leur montrer de la manière la plus massive et la plus resplendissante qui soit que le peuple français et les peuples d’Europe sont à nouveau debout.

 

Le tract distribué cet après-midi tout au long de la manif par les militants de la NDP cliquez ici

 

31/01/2013

ATTENTION : samedi 2 février , 14 h 00, rendez-vous à ODEON !

2013 02 02 Changement.jpg

28/01/2013

Samedi 2 février à Paris : la Nouvelle Droite Populaire et Synthèse nationale soutiennent la manifestation contre le mondialisme et l'impérialisme...

 

sn manif 2 02 2013.jpg

 

15/01/2013

Samedi 2 février à Paris : la Nouvelle Droite Populaire et Synthèse nationale soutiennent la manifestation contre le mondialisme et l'impérialisme...

BANDEROLE 4.jpg

 

Dimanche 13 janvier, c’est près de 1 million de Français qui ont manifesté à Paris leur opposition à la loi Taubira qui prétend instaurer un « mariage » pour les homosexuels. Nous ne pouvons que nous réjouir du succès de cette mobilisation.

 

Mais ces manifestants savent-ils que, au-delà de cette parodie de mariage, la principale menace qui pèse sur la conception traditionnelle de la famille à laquelle ils sont attachés est la politiquemondialiste voulue par l’hyper-classe apatride qui prétend diriger le monde et dont Hollande et Taubira ne sont en réalité que les petits domestiques serviles.

 

Pour réaliser leur projet funeste de transformer la Terre en un vaste espace économique uniformisé dans lequel les identités, nationales, ethniques et sexuelles seraient broyées, les mondialistes s’acharnent à détruire tous les repères qui font la spécificité de chaque peuple. Notre conception européenne de la famille est donc, à leurs yeux, l’une des premières cibles à abattre. L’humanoïde idéal pour ces nouveaux maîtres du monde devra être un consommateur métissé, déculturé, déraciné et asexué.

 

Cependant les prétentions mortifères des mondialistes se heurtent de plus en plus aux réactions populaires. Partout dans le monde les peuples prennent conscience que leur existence est menacée. La gigantesque manifestation de dimanche peut être considérée comme l’un des premiers symptômes de ce réveil salvateur dans notre pays. Mais il faut aller plus loin.

 

Les Français n’ont plus rien à attendre des partis politiques, de « droite » comme de gauche, qui se partagent le pouvoir depuis des décennies. Ils sont tous imprégnés par l’idéologie mondialiste. Seul l’avènement d’un ordre nouveau, nationaliste, populaire, solidariste et identitaire pourra redonner à notre peuple sa liberté et sa dignité.

 

Voilà pourquoi la Nouvelle Droite Populaire et Synthèse nationale apportent leur soutien à la manifestation contre le mondialisme et l’impérialisme organisée, à l’initiative du mouvement 3e voie, samedi 2 février, à 14 h 00, place St Germain des Près à Paris (VIe arrondissement – métro St Germain des Près).

 

La NDP et Synthèse nationale se félicitent aussi d’apprendre la participation à cette manifestation de délégations de peuples en lutte pour sauver leur identité tels que nos frères québécois ou encore les Syriens qui sont actuellement en première ligne face à une convergence d’intérêts entre les mondialistes et les islamistes.

09/01/2013

Appel de la NDP et de Synthèse nationale à participer à la manif anti-impérialiste et anti-mondialiste du samedi 2 février à Paris :

 

 

08/12/2012

IL FAUT DISSOUDRE SOS RACISME !

 

sos racisme 2.jpgEn 1984, François Mitterrand, en délicatesse dans les sondages, notamment parmi les jeunes, favorisa l’émergence d’un mouve­ment destiné à appâter une partie de la jeu­nesse qui lui échappait en s’appuyant sur la naïveté qui souvent la caractérise.

Ce fut la naissance de SOS racisme, association qui, au-delà des calculs électoraux, prétendait mo­biliser les Français contre un prétendu racisme dans la nation certainement la moins raciste au monde. Vaste défi apparent mais la pusillanimité de nos contemporains lui facilita grandement la tâche.

De puissants parrainages permirent à l’association naissante d’atteindre rapidement une notoriété média­tique sans commune mesure avec le poids de ses maigres troupes. Le Grand Orient de France, la MNEF, les CFDT, l’UEJF (Union des étudiants juifs de France) et la FEN (Fédération de l’éducation nationale) accueilli­rent avec un enthou­siasme actif et généreux la création de l’officine dont la fonction essentielle et l’action se résumè­rent à calomnier les Français de souche et à ma­nipuler les immigrés afin de leur faire redouter un racisme latent sinon exprimé chez leurs hôtes, et cela bien mal­gré eux. Du côté des personnalités, l’incontournable Ber­nard-Henri Lévy (alias la « mouche du coche »), Jacques Attali (le poly­graphe compulsif), Marek Halter (l’homme à l’imagination débordante), Jack Lang et de nom­breux « intellectuels » apportèrent leur soutien in­conditionnel à l’expérience trostko-socialiste.

A ces grandes âmes se joindront les soutiens son­nants et trébuchants émanant de Christophe Ri­boud, le fils du milliardaire Antoine Riboud, ou d’un Pierre Bergé, co­propriétaire du quotidien Le Monde et propriétaire de Têtu, le magazine de prédilection des homosexuels branchés et quelques autres généreux riches mécènes.

A ces prestigieux parrainages vint s’agglomérer l’inévitable cohorte des « idiots utiles » tels Simone Signoret, Yves Mourousi, Dominique Baudis, Jacques Toubon et quelques dizaines d’autres notoriétés dont la motivation profonde ne relève bien souvent que de leur vie intime et des fan­tasmes y afférents.

Il ne manquait plus que trouver un secrétaire géné­ral suffisamment terne pour feindre de présider aux desti­nées de cette organisation exclusivement animée par des trotskistes issus le la Ligue com­muniste révolution­naire et de la MNEF et dont le véritable patron, Julien Dray, tirait l’ensemble des ficelles. C’est au jeune et falot Jean-Philippe Désir, alias Harlem Désir (tout un programme !), actuel président du PS, qu’incomba ce rôle de composi­tion. Ce métis, idéal représentant de la France plurielle, offrait à SOS ra­cisme la vitrine d’une France multicolore tout en évitant l’écueil d’éventuelles revendications identitaires. De fait, il fallait que ce ne fut ni un Maghrébin, ni un Africain, ni un Asiatique et encore moins un Français de type euro­péen qui présidât à l’association. Pour mieux comprendre la stratégie, il suffit de se réfé­rer à l’élection présidentielle des Etats-Unis.

Cette stratégie ne trompa d’ailleurs que ceux des­tinés à l’être et Jean-Philippe (Harlem) Désir fut immédiate­ment considéré par tous comme l’homme de paille de Julien Dray ainsi que le relate sans ambigüité aucune Serge Malik, l’un des mili­tants de la première heure, dans son « Histoire secrète de SOS racisme » parue en 1990 (chez Albin Michel).

Julien Dray, grand amateur d’objets de luxe et no­tam­ment de montres, fit l’objet d’une enquête pour abus de confiance, notamment motivée par d’étranges mouve­ments de fonds entre l’association des « Parrains de SOS racisme » et son compte en banque ainsi que pour de curieux prêts dont lui firent bénéficier Gérard Sebag, un commerçant d’Antibes, Marc Rozenbat, époux d’Isabelle Thomas, une pétroleuse de l’UNEF-ID dans les années 80 recyclée dans l’entourage de Mitterrand, et Pierre Bergé. Preuve s’il en fallait que les grands idéaux ne suffisent pas toujours au complet détachement des biens de ce monde. Ses tourments judiciaires mirent Julien Dray, Juju comme l’appellent ses proches, en relative dis­grâce parmi ses « amis » du PS. Sa dernière bourde n’arrangea certes pas les bidons : une se­maine avant le second tour de la dernière prési­dentielle, Dray invita Dominique Strauss-Kahn à son anniversaire, dans un ancien sex-shop trans­formé en restaurant, rue Saint-Denis, faisant fuir par des sor­ties dérobées de prestigieux invités parmi lesquels Sé­golène Royal, Emmanuel Valls ou Pierre Moscovici, peu en­clins à fréquenter l’infréquentable ex-patron du FMI (Fourre-Moi Im­médiatement persiflent quelques mau­vaises langues), surtout en un tel endroit symbolique. Est-on plus maladroit ?

Par ailleurs, la gestion n’est certainement pas le point fort de SOS racisme, épinglée systémati­quement par le Cour des comptes sans qu’apparemment les conseils de la docte institution ne modifient notoirement les pratiques. Nourrie aux subventions et dons divers, SOS racisme per­çut en 2010, 579 000 € de subventions auxquels s’ajoutent les dons à hauteur de 100 000 € pour Pierre Bergé, 72 000 € pour la Fondation Ford et, le bouquet, 348 000 € en 2009 pour le FASILD, asso­ciation dédiée à l’accueil des migrants qui elle-même vit de subventions... Sans parler des fonds spéciaux du Premier ministre mobilisés pour sauver SOS racisme de la banqueroute. On vous épargnera les détails des dé­mêlés judiciaires, les perquisitions, les fausses factures (affaire C.Discount), les ventes de tableaux à SOS ra­cisme, les gardes à vue, l’intervention de la Bri­gade financière et autres épisodes crapoteux. Pour simplifier, c’est 98% de ses ressources qui provien­nent de subventions et de dons tandis que les cotisa­tions n’en représentent que 2%.

En somme, il est demandé aux Français de payer tou­jours davantage pour se faire soupçonner de racisme et insulter par une organisation qui n’est qu’une, mais non la moindre, courroie de trans­mission du Parti socialiste destinée à recycler des trotskistes en recherche d’emploi, si possible pres­tigieux. La preuve ? Jean-Phi­lippe (Harlem) Désir, promu aux fonctions de secrétaire général du parti en question dont l’ancien locataire est devenu… Président de la république. Le tremplin semble puissant, c’est le moins qu’on puisse dire. Il n’est que temps de dissoudre cette coûteuse officine hostile à la France française.

 

Derrière SOS racisme :

la volonté génocidaire des mondialistes…

La France n’est plus maîtresse de son destin. Notre pays n’est plus dirigé par ce qui est censé être « son gouvernement » mais par les Conseils d’administration des banques apatrides. Ce sont eux qui décident quel sera l’avenir de la planète… Leur objectif : imposer une économie globale en transformant la terre en un vaste marché mondialisé dans lequel l’Homme ne serait plus qu’un consommateur docile juste bon à enrichir les comptes des multinationales.

Dans cette vision mondialiste des choses, il n’y aurait bien entendu plus de place pour les nations, les races et même pour les sexes. L’introduction par le gouvernement Sarkozy-Fillon de la théorie dite « du gender » à l’école est une étape vers cette destruction programmée des identités. L’homme idéal pour les mondialistes sera métissé, déraciné et asexué…

Mais pour arriver à leur but ils doivent par tous les moyens détruire toutes les formes de résistances natio­nalistes et identitaires. Pour cela ils se servent de petits collabos tels SOS racisme pour entretenir un cli­mat de haine permanente contre la France et contre son peuple.

Combattre SOS racisme, c’est combattre pour le renouveau de la France !

Combattre SOS racisme, c’est défendre notre identité européenne !

 

Pour prononcer la dissolution de SOS racisme, il suffit d’appliquer la loi !

L’article L 622-1 du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile (CEDESA), « pu­nit de 5 ans de prison et de 30 000 € d'amende quiconque favorise l'en­trée, la circulation ou le sé­jour irrégulier d'un étranger en France ».

En soutenant les clandestins qui s’installent sur le territoire français, SOS racisme contrevient régu­lière­ment à l'article ci-dessus. SOS racisme doit donc être mis hors la loi. Pour cela, il suffit de se référer à l'ar­ticle 450-1 du Code pénal définissant comme une association de malfaiteurs « toute as­sociation établie en vue de la préparation ca­racté­risée par un ou plusieurs crimes ou délits punis d'au moins 5 ans de prison ». Ce qui est le cas de SOS racisme.

Les adversaires de ces dispositions, prétendent que SOS racisme, comme toutes les autres offi­cines du même type, détiennent leurs pouvoirs notamment du « Plan national d'action contre le racisme et l'anti­sémitisme » du 15 février 2012, pour la période 2012-2014, élaboré par MM Sar­kozy et Guéant.

Mais il faut savoir que ce plan fait référence à l'ar­ticle 10 du TFUE (Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne) dit "de Lis­bonne" qui sti­pule : « Dans la définition et la mise en œuvre de ses politiques et actions, l'Union cherche à com­battre toute discri­mination fondée sur le sexe, la race ou l'origine ethnique, la religion ou les con­vic­tions, un handicap, l'âge ou l'orienta­tion sexuelle ».

Ce que le Peuple refuse, le Con­grès l’impose !

Or, ce traité, et ce texte, ne sont que la reconduc­tion du « Traité pour une Constitution euro­péenne » rejeté massivement par le Peuple fran­çais lors du référendum en mai 2005 et sournoi­sement réintroduit par un vote du Congrès à Ver­sailles en 2008… sous la présidence de M. Sar­kozy. Il s’agit donc là, à nos yeux, d’une véritable forfaiture. La ratifica­tion de ce « Traité », dès lors, ne pouvant avoir de légitimité ni de valeur con­trai­gnante sur le territoire de la Répu­blique fran­çaise. Quel crédit peut-on en effet accorder à une as­semblée dans laquelle plus de 6 millions d’électeurs nationaux à la présidentielle sont re­présentés par seulement 3 députés alors que les Verts, avec 800 000 voix, ont près d’une vingtaine de députés.

Nous vivons actuellement sous un régime édic­tant des lois non fondées sur la volonté du peuple sou­verain, donc illégales sur le fond. Quelle légi­timité peut-on en effet accorder à des assem­blées qui ne représentent qu’une minorité de Français ?

ALLER AU-DELA…

Nous savons bien que nous n’avons pas grand-chose à attendre du « pouvoir » actuel complètement in­féodé qu’il est aux mondialistes. Notre but est avant tout d’éclairer notre peuple. Seule l’instauration d’un ordre nouveau, nationaliste, populaire, social et identitaire permettra à la France de retrouver sa liberté et son identité !

En réalité, au-delà du cas SOS racisme, se sont toutes ces pompes à fric, tels le MRAP, la LICRA, la LDH et autres qu’il faudrait mettre hors d’état de nuire. Par leur obsession procédurière et en se conduisant en véritable petits flics de la pensée, elles cherchent à détruire tous les formes de résistance nationales et identitaires à l’invasion de notre sol.

Un jour viendra où nos compatriotes seront bien obligés d’ouvrir les yeux…

 

Pour soutenir la campagne pour la dissolution de SOS racisme :

- Reproduisez et diffusez ce tract cliquez ici

- Reproduisez et diffusez cette plaquette cliquez ici

- Aidez-nous à amplifier notre action cliquez là

 

07/12/2012

Amplifions la campagne nationale pour la dissolution de l'officine SOS racisme !

 

Capture 2.JPG

Diffusez ce document cliquez ici 

 

Soutenez notre campagne cliquez là

 

Signez la pétition cliquez ici

 

23/10/2012

Dimanche 11 novembre : TOUS A PARIS ! 6e Journée de Synthèse nationale...

SN 6 JNI  Programme.jpg

 

Chers Amis,

 

Depuis septembre 2008 une crise, sans doute aussi grave que celle de 1929, asphyxie l’Europe. La France n’échappe pas à cette situation de plus en plus préoccupante. Aucun gouvernement, ni aucun parti du Système, ne semble capable d’apporter des solutions efficaces pour sortir de ce marasme. Les peuples européens ne croient plus en leurs dirigeants, pire encore, ils ne croient plus dans leur avenir…

 

En réalité, cette crise remonte à beaucoup plus longtemps. Depuis une soixantaine d’années, l’Europe que l’on nous propose, ou plutôt que l’on nous impose, n’est qu’un ersatz imaginé et réalisé par des technocrates serviles, dénués de toutes conscience nationale ou identitaire, dont la seule raison d’être est de servir, sur notre continent, les intérêts de l’hyper-classe mondialiste. Ils ont livré l’Europe, et les nations qui la composent, au bon vouloir des prédateurs de la Goldman & Sachs et autres banques apatrides…

 

Alors, un autre destin pour l’Europe est-il possible ? Certainement, mais celle-ci devra vite rompre avec les carcans qui lui sont jusqu’à présent imposés. Tout est une question de volonté.

 

C’est de tout cela dont il sera question lors de notre 6e Journée nationale et identitaire que nous organisons le Dimanche 11 novembre prochain (de 11 h à 18 h) à Paris, au Centre de conférences Eurosites (8 bis, rue de la Fontaine au Roi Paris XIe – métros République ou Goncourt).

 

Cette 6e Journée de Synthèse nationale, qui marquera le 6e anniversaire de notre revue, a la volonté d’ouvrir des pistes nouvelles pour une autre Europe, des pistes aussi éloignées les unes que les autres du libéralisme et du socialisme…

 

De nombreux orateurs interviendront au cours des différentes tables-rondes (Arnaud Raffard de Brienne, écrivain, Philippe Randa, écrivain, Luc Pécharman, du Bureau de la Nouvelle Droite Populaire, Hugo Lesimple, directeur de Salut public, Jean-Claude Rolinat, écrivain et membre du Bureau de la NDP, Serge Ayoub, porte-parole de 3e voie, Francis Bergeron, écrivain et journaliste, Lionel Baland, spécialiste des droites nationales et identitaires en Europe, Jérôme Bourbon, directeur de Rivarol, Alexandre Gabriac,Président des Jeunesses nationalistes, Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France, André Gandillon, du journal Militant...), ainsi que lors de la séance de clôture à partir de 16 h. (Pierre Vial, Robert Spieler, Roland Hélie et Carl Lang)…

 

De plus, à l’occasion de ce grand rendez-vous nationaliste et identitaire, nous éditerons un ouvrage collectif, auquel a contribué une vingtaine de personnalités, tant françaises qu’européennes, de notre famille d’idée. Ce livre de 150 pages reprendra la thématique de la journée « Face à la crise, une autre Europe ». Il vous sera proposé sur place le dimanche 11 novembre, mais vous pouvez aussi le commander dès maintenant.

Depuis 6 ans maintenant, Synthèse nationale, à travers sa revue (29 numéros sortis + 3 numéros hors-série), ses réunions, conférences, colloques, journées nationales et identitaires, ses éditions (Les Bouquins de Synthèse nationale, créées au mois de février dernier, déjà 4 ouvrages édités), grâce à son influence au sein de la Nouvelle Droite Populaire et son rôle dans la création de l’Union de la Droite Nationale, de par ses relations de confiance qu’elle a établie avec les formations actives de notre famille politique, par ses campagnes militantes (diffusion – à 6 000 exemplaires - du Guide de survie en société islamique a cours de l’été dernier), contribue activement au développement du combat national dans notre pays. Notre revue a répondu ainsi à la mission qu’elle s’était fixée lors de son lancement, en novembre 2006, à savoir remobiliser la Droite nationaliste, populaire, sociale et identitaire. Tout cela a été possible grâce à la fidélité et à la générosité de nos abonnés qui sont, soit dit en passant, de plus en plus nombreux. Aujourd’hui, compte tenu de la situation catastrophique dans laquelle plonge notre pays et les menaces de plus en plus pressantes qui pèsent sur notre identité, nous devons amplifier notre action. Pour cela, nous avons besoins de votre aide. Et le meilleur moyen de nous aider, c’est de s’abonner à la revue Synthèse nationale. En vous abonnant, non seulement vous recevrez tous les deux mois notre revue politique et culturelle (120 pages en moyenne), mais, en plus, vous aiderez notre organisation à se développer et à diffuser vos idées…

 

En espérant que nous nous retrouverons encore plus nombreux le dimanche 11 novembre prochain à Paris lors de notre 6e Journée nationale et identitaire, recevez, Chers Amis, l’expression de nos sentiments nationalistes les plus dévoués.

Roland Hélie

 

Lettre adressée aux amis de SN cliquez ici

Invitation à la 6e JNI cliquez là

Bulletin réponse cliquez ici

 

22/09/2012

Pour la Nouvelle Droite Populaire, il ne suffit pas de s'en prendre aux effets, il faut s'attaquer aux causes...

Identite.jpgUn communiqué de la Nouvelle Droite Populaire :


Marine Le Pen, dans un entretien au Monde, demande l'interdiction du port du voile islamique et, sans doute pour faire bonne mesure, de la kippa. Dont acte. Evidemment, une telle revendication suscite les glapissements et les couinements habituels des chiens de garde du Système. Jusque-là rien de bien nouveau... En fait, Marine Le Pen demande simplement, en bonne candidate à l'intégration au Système qu'elle est, que soit appliquée la loi interdisant les signes ostentatoires d'appartenance à une religion promulguée il y a quelques années par le même Système.


En réalité Marine Le Pen s'attaque aux effets et non aux causes de la situation actuelle. Au-delà de l'intégrisme islamique, qu'il est certes louable de combattre, c'est à l'immigration incontrôlée, génitrice de cette islamisation, qu'il convient de s'attaquer sérieusement. Or, il semblerait que cette évidence échappe, aujourd'hui, au FN nouvelle vague. Il ne suffit pas de brandir la laïcité à tout va pour contrer l'islam conquérant, il faut redonner à chacun de nos peuples européens une véritable conscience nationale et ethnique. Il faut procéder à un réarmement moral et spirituel des peuples d'Europe. Ce réarmement devant reposer exclusivement sur nos traditions et nos valeurs ancestrales. 

 

L'islam est peut être une religion respectable, mais elle l'est encore plus en terre d'islam. Ici, nous sommes en France et en Europe et, quoiqu'en disent les thuriféraires du prêt à penser institutionnel, l'Europe est une terre de beffrois, de cathédrales et de dolmens, elle n'est pas, et elle ne sera jamais, une terre de mosquées ni de minarets.


29/07/2012

Roland Hélie, membre du Bureau de la NDP, a participé à l'Université d'été des jeunes du Vlaams belang en Bretagne...

292366_10150912402657038_1852487011_n.jpgMercredi 25 juillet, Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale et membre du Bureau national de la Nouvelle Droite Populaire, était invité par Filip Dewinter, dirigeant du Vlaams Belang, à participer à l'Université d'été des jeunes de ce mouvement qui se déroulait en Bretagne.


Au cours de son intervention, Roland Hélie salua la grande amitié qui lie les nationalistes français et les nationalistes flamands et insista sur la nécessité de mener un combat commun dans toute l'Europe contre l'islamisation qui menace notre continent. Cette sympathique réunion fut l'occasion de retrouver, dans un cadre de rêve, de nombreux amis flamands et bretons et d'échanger ainsi, de manière constructive, nos vues sur l'avenir du combat nationaliste et identitaire. 


Une formidable veillée, au cours de laquelle retentirent jusquà tard dans la nuit nos vieux chants de combats européens, conclua cette journée fort enrichissante.

27/06/2012

NDP : l'implantation se poursuit !

ndp283.jpg

Par Yves Darchicourt

Coordinateur national de la NDP

 

Le dernier Conseil National tenu en mai dernier avait entériné la création de trois nouvelles délégations de la Nouvelle Droite Populaire pour les départements de l'Allier, de la Marne et de la Charente.

 

La participation de nos candidats aux élections législatives en Eure-et-Loir (et ailleurs) a permis le développement de notre implantation dans ce département emblématique, en ce qu'il fut celui des succès de Jean-Pierre et Marie-France Stirbois au temps où le FN n'avait pas fait volte-face vers la droite molle, et la mise sur pied d'une délégation départementale. Un blog NDP EURE&LOIR est maintenant opérationnel et peut être consulté en cliquant ici.

 

Le maillage de notre pays se poursuit, certes lentement mais avec la certitude d'être renforcé et élargi par de nouveaux camarades militants au sens noble du terme, attirés par l'action politique non par les prébendes et les honneurs factices, des hommes et femmes sincères, dévoués, fidèles et sûrs, tout acquis à la ligne politique de notre mouvement, fort peu suspects d'accepter un jour de s'humilier dans la dédiabolisation et insensibles aux criailleries du petit monde politiquement correct.

 

Haut les coeurs camarades !

15/06/2012

Législatives : l'analyse des résultats nationaux par Robert Spieler...

2593986230.jpgPar Robert Spieler

Délégué général de la NDP

 

70 candidats étaient présentés sous l'étiquette Union de la Droite Nationale, rassemblant le Parti de la France, le MNR et la Nouvelle Droite Populaire. Seuls 25 ont dépassé le seuil des 1%, dont Fernand Le Rachinel (3,25%), Pierre Chabot et Myriam Baeckeroot (1,53%), Jacques Dautreme (2,09%) et Eric Vilain, soutenu par l'UDN, qui obtint 4,09% en Moselle face à l'énarque mariniste parachuté Florian Philippot.

 

L'UDN a dépassé dans quasiment toutes les circonscriptions les scores du NPA, de Lutte Ouvrière et de Debout la République. Il n'en demeure pas moins que le slogan « La France aux Français » qui figurait sur les bulletins de vote et les professions de foi n'a hélas pas tout à fait eu l'impact espéré.

 

Ce slogan traduisait clairement notre refus de l'invasion que subit la France d’une part et de sa soumission aux diktats mondialistes d’autre part. Il figurait déjà, au XIXe siècle, en sous-titre du journal de Drumont, La libre parole et avait été repris plus tard par Charles Maurras. Il fut remis à l’ordre du jour dans les années 70 en devenant le slogan de l’œuvre française et, à la fin des années 1980, un groupe, en rupture avec le Front national, l'avait utilisé avec succès dans ses campagnes électorales, le complétant certes par « Trop d'immigrés ». Il obtint jusqu'à 10% des suffrages. Le fait que ce slogan ait moins de succès aujourd'hui traduit sans doute malheureusement un affaiblissement de la conscience identitaire et ethnique de notre peuple.

 

Ce n'est évidemment pas une raison de se décourager. Notre premier devoir est de redonner cette conscience aux Français et aux Européens. Le combat continue.

 

Retrouvez chaque semaine les chroniques de Robert Spieler dans Rivarol (3,50 €, chez votre marchand de journaux).